L’Histoire de Mussa

« Lorsque Dieu ferme cette porte, il en ouvre une autre, il y a à la fois en quelque sorte du gain et des pertes. » 

Plongeurs en apnée, Moçambique

Voilà comment je perçois ces fermetures de la pêche aux poulpes, voilà ce que les gens reçoivent, certains reçoivent beaucoup, d’autres peu, mais tel est la volonté de Dieu. Ainsi donc, nous, les plongeurs en apnée de cette côte, sommes touchés mais nous avons d’autres ressources. Tu sais, toute chose qui contient du bonheur devrait aussi avoir sa part de chagrin, rien n’a de bonheur sans chagrin. 

Lorsque nous parlons des fermetures « ufungaii », cela veut dire fermer quelque chose pour une période déterminée, comme vous le souhaitez et s’attendre à ce que lorsque je viens rouvrir, j’aurais ce dont j’ai besoin. Les profits que les gens obtiennent de la fermeture de la pêche aux poulpes dépend de comment une personne perçoit le projet.

Mais laissez-moi reprendre au commencement, lorsque nous avons entendu parler de ces fermetures pour la première fois. Moi-même et de nombreux compagnons de plongée en apnée « kalipso » nous avions peur, nous n’étions pas favorables au projet. Nous pensions à l’espace maritime que nous allions perdre. Néanmoins, nous avons peu à peu accepté ces fermetures car nous pensions à ce qui avait été promis, un fonds pour le village dont les profits seraient partagés. Cela pourrait vraiment aider ici, à faire des réparations, à assurer l’entretien, à aider l’école. Notre communauté avait besoin de ça, on ne peut pas obtenir ces gains de notre poche. Notre groupe en est arrivé à soutenir le projet car lorsque tu es plongeur, tu vois ce qui se passe dans la mer, cela est bon, cela est mauvais, cela a l’air bien, cela est détruit. Nous reçûmes beaucoup d’information regardant le projet, ce qui était bien, afin de voir ce qu’il se passait. Nous ne tînmes pas compte des quelques plongeurs qui étaient encore contre le projet. 

Globalement, lorsqu’il était actif, le projet était positif. Nous comprenons que lorsque tu laisses quelque chose tranquille, cette chose peut se multiplier. Il comportait de nombreux avantages pour le corail, qui put se régénérer et récupérer de la destruction du chalutage ou de la pêche à l’explosif, car ces fermetures et le processus découragèrent de telles activités de nos côtes. Nous ne nous comportions pas de manière juste envers les poulpes lorsque nous détruisions. Les fermetures nous apportèrent du réconfort car il y avait du corail, des poissons, des œufs de poulpes, des zones de reproductions. Nous ne nous attendions pas à ce que l’environnement change ainsi, le bonheur arriva. Je laissai les poulpes les plus petits, qui étaient si jeunes, je ne choisissais que les plus gros, car c’était la grâce que je reçus des fermetures, la grâce de pouvoir choisir ce que tu veux. Alors, le jour de la réouverture, j’ai pu tirer du profit parce que les poulpes pesaient 2kg, 3kg et plus. Nous pêchâmes non seulement des poulpes mais aussi des poissons, car dans la zone fermée à la pêche ce n’était pas que les poulpes qui étaient entre mais aussi des poissons, des anguilles, tous étaient rétablis, alors nous remercions Dieu pour la grâce présente dans la mer lorsque nous rouvrons la zone fermée. 

Lors de ces fermetures, je vis comment les poulpes comprirent que nous ne les chassons pas, ils devinrent très calmes, comme un simple poisson, et ils viennent en rampant et tu as une chance de les capturer facilement. 

Mais vous savez, pour nous plongeurs, maintenant que le projet a pris fin, la vie suit son cours normal, certains jours tu as des prises, d’autres jours tu échoues. Les poulpes n’ont pas disparu, même sans fermeture ils se reproduisent, ils peuvent se déplacer et changer d’environnement, lorsqu’il fait froid il y en a en abondance, lorsqu’il fait chaud ils vont au large et même les plongeurs ne peuvent les atteindre. Ils sont protégés par Dieu et pas par une fermeture. Lorsque nous mourrons, les poulpes seront encore là.

La fermeture porte ses fruits, oui, mais elle a aussi des effets négatifs de notre côté, car lorsque nous fermons la côte, nous obtenons un profit, mais lorsque nous fermons les conflits augmentent, certains seront d’accord et d’autres refuseront. 

Ils accusent les plongeurs car ils nous envient, ils pensent que nous sommes ceux qui profitons le plus, nous somme peu et ceux qui vont à la pêche au poulpe à pied sont nombreux, lorsque la marée est haute ils ne peuvent pas pêcher et nous, nous pouvons. Ils ne font pas confiance aux plongeurs. Ils deviennent avares, lorsqu’ils voient la quantité de poulpes aux réouvertures, ils se disent au fond d’eux même que s’il y a des poulpes dans les zones les plus proches de la surface, qu’est-ce que ce doit être en profondeur, là où les plongeurs vont.

Pendant le Ramadan, ils rient ensemble car ils savent que nous les plongeurs, ne plongeons pas, ils deviennent tellement heureux, mais lorsque le Ramadan prend fin et que nous sommes libres, il n’y a plus de paix, il n’y aura aucune coopération.

Afin d’avoir de nouvelles fermetures, il y a un certain nombre de choses qui doivent avoir lieu. 

Nous avons besoin d’établir un commerce fiable pour le poulpe. Nous les vendons à un prix très bas, des études devraient être faites afin d’établir comment le commerce va évoluer. Si ce dernier est prometteur, alors nous pouvons fermer la pêche, mais si le commerce est instable, alors pas besoin de fermer, nous sommes mieux sans ce dernier, même si nous n’obtenons que 2 kg, nous aurons de la soupe à partager avec nos enfants, rien que cela !

Nous avons besoin de dirigeants plus forts pour nous former, qui pourrait nous expliquer les bénéfices et les pertes obtenus par les fermetures de la pêche au poulpe. Lorsque ce genre d’éducation aura été promulgué au sein du village, tout le monde comprendra et nous serons d’accord, plutôt que de nous commander, nous les personnes d’un statut inférieur, d’« aller téléphoner aux personnes afin de discuter des problèmes côtiers ». 

Ces dirigeants que nous avons désignés, leurs responsabilités est de mettre un stop aux pratiques piscicoles destructrices, pareil pour le gouvernement. On ne peut pas préserver notre côte pour que des invités arrivent de l’extérieur et pêchent avec des explosifs ou des chaluts, pirates. Des punitions doivent avoir lieu pour ceux qui ne respectent pas les règles, un suivi doit être fait et les amendes doivent être suffisamment importantes pour décourager ces pratiques. 

Nous, les plongeurs, sommes touchés, mais parce que nous voulons ces fermetures, alors nous n’avons pas de voie de sortie, nous nous orientons vers d’autres métiers, comme l’agriculture, l’élevage, car si nous continuons à dépendre de cette côte nous allons souffrir, comme lorsque les fermetures ont commencé, mais désormais nous avons différents moyens d’obtenir un revenu. 

Les plongeurs, en tant que principal groupe de pêcheurs de poulpes, a besoin du gouvernement, en coopération avec de petites entreprises, pour nous soutenir, car nous ne pouvons pas fermer la côte lorsque nous n’avons pas de projets pour nous aider, et nous sommes nombreux à habiter cette côte.

Translation by: Anna Garré

https://www.stockholmresilience.org/education/graduatelevelmasters/students/garre.5.66e0efc517643c2b810362e.html

This entry was posted in Uncategorized on by .

About lizdruryoneill

Liz is an interdisciplinary sustainability scientist with training in both the natural, social and behavioural sciences. Through qualitative and quantitative methods in conjunction with many years field-based research, her work essentially focuses on fisheries, seafood trade and markets in low-income countries, from a human wellbeing perspective. Her research covers: value chain dynamics, trade and food security, fishing behaviour/decision-making, market processes, social relations and coastal livelihood strategies, MPAs, Interventions. Through her professional career she has researched coastal fisheries in Ghana, Tanzania, Moçambique and the Philippines.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s